Comment travaillent les gendarmes de Geispolsheim ?

Deux gendarmes sont venues nous rencontrer au collège pour parler de leur métier, qu’elles exercent depuis de nombreuses années. Ensuite, nous sommes allés visiter la gendarmerie. Nous avons pu découvrir leur organisation géographique, leur métier, leurs locaux et leur équipement.

L’organisation géographique

On trouve les policiers seulement dans les villes de plus de 20.000 habitants. En-dessous, il n’y a que les gendarmes. Par exemple, dans le Bas-Rhin, Strasbourg, Haguenau et Sélestat sont gérées par la police nationale. A Geispolsheim, il y a moins de 20.000 habitants, donc la ville est gérée par les gendarmes. Les gendarmes travaillent sur des zones, chaque brigade a son secteur. La brigade de Geispolsheim a un secteur de six communes : Geispolsheim, Kolbsheim, Duppigheim, Entzheim, Holtzheim et Blaesheim.

Que font les gendarmes ?

Les gendarmes sont polyvalents : ils sont chargés de la « surveillance générale » : ils patrouillent pour protéger les gens. Par exemple pour éviter les vols, les crimes, le terrorisme… Et si besoin ils interviennent. Ils font aussi de la prévention en informant la population des risques et des moyens de se protéger. C’est un travail qui se fait parfois sur le terrain en patrouille (en voiture ou à vélo), parfois dans les bureaux pour rédiger des procédures.

Continuer la lecture de « Comment travaillent les gendarmes de Geispolsheim ? »

Interview de Sandrine R., agente d’entretien du collège

Vous l’avez sûrement déjà croisée dans les couloirs du bâtiment scientifique : Sandrine R. travaille au collège Jean de La Fontaine depuis 11 ans. Cela fait 25 ans qu’elle travaille dans des établissements scolaires. Elle nous présente son métier qu’elle trouve très enrichissant et qu’elle a commencé à l’âge de 19 ans. Elle nous parle de ses conditions de travail, de ses journées, de son équipe, de son salaire, de ses blessures…

Photo de Sandrine R.
Sandrine R. assure l’entretien du bâtiment scientifique
Continuer la lecture de « Interview de Sandrine R., agente d’entretien du collège »