Visite guidée du garage Renault de Geispolsheim

Nous avons visité le garage Renault de Geispolsheim. Le patron nous a montré l’intérieur du garage et présenté les différentes parties. Il nous a aussi expliqué son travail, qu’il exerce depuis plus de quarante ans, après avoir repris le garage de son père. L’année prochaine il partira à la retraite même si son métier lui plaît.

Le patron du garage nous a permis de le visiter.

La visite du garage

Nous avons été accueillis par la secrétaire au bureau d’accueil, et le patron est venu nous chercher dans la salle d’attente. Il nous a fait visiter le garage. Il y a différents espaces de stockage : pour les pneus neufs, pour garder les pneus des clients à l’étage, pour la peinture, pour le matériel, et un stock accessible pour les pièces courantes. Ces stocks sont indispensables pour pouvoir travailler et réparer les voitures. S’ils n’ont pas certaines pièces, ils commandent les pièces manquantes sur un site spécialisé depuis un petit local dans le garage.

Près du stock de peinture, il y a l’atelier de peinture pour créer les couleurs : en scannant une voiture, un logiciel peut indiquer quel mélange faire pour obtenir la bonne couleur. Une fois le mélange prêt, ils démontent les pièces de la voiture et peignent les morceaux de carrosserie dans la cabine de peinture qui est une pièce blanche et fermée.

La cabine de peinture.

Au fond du garage, il y a un espace pour la carrosserie, où nous avons vu un employé poncer une pièce.

Les machines et les outils

Le patron nous a montré les différentes machines et outils utilisés pour réparer les voitures. Il y a cinq ponts pour soulever les voitures et une fosse pour travailler en-dessous des véhicules. Les mécaniciens utilisent un logiciel pour trouver les pannes électroniques. On a pu observer la machine pour changer les pneus ou encore celle pour mesurer la symétrie des roues avec des lasers. Il nous a présenté un petit « champignon » qui sert à réparer les pneus crevés. Pour cela, ils démontent le pneu, retirent ce qui a crevé le pneu, insèrent le champignon et coupent le bout qui dépasse. Il n’y a plus de chambre à air dans les pneus de voiture depuis longtemps parce que ça crevait trop facilement. Pour changer les pare-brises, ils utilisent un chariot et des ventouses : pour faire cette manœuvre, ils doivent impérativement être à deux.

Nous en avons profité pour lui demander s’il avait déjà réparé une voiture de sport. Ça ne lui est jamais arrivé, mais il a la chance d’avoir un client qui possède des Renault Alpines de collection qu’il a pu réparer.

Organisation : « il faut garder une certaine souplesse »

Le garage compte huit employés : le patron, cinq mécaniciens, une secrétaire comptable et un apprenti. De retour à l’accueil, le patron nous a montré comment ils gèrent l’emploi du temps sur l’ordinateur. Ils remplissent le planning avec les rendez-vous et ils complètent avec les urgences. Ils doivent garder une certaines souplesse dans l’emploi du temps. Sur l’ordinateur, il change de couleur en fonction de la quantité de travail. Quand c’est vert, ils peuvent encore prendre des rendez-vous mais pas quand c’est rouge.

Un logiciel permet de gérer le planning du garage.

Un métier difficile ?

Le patron nous a donné les horaires du garage : il est ouvert de 8h à 18h30, avec une pause de midi à 14h. La journée de travail des mécaniciens dure 7h50.

Nous avons demandé si ce métier était dur. Le patron nous a répondu que non, car ils ont des machines pour les aider. Mais avant c’était plus dur physiquement. Par contre, ça leur arrive de se blesser au travail.

Les études pour devenir mécanicien

Si on veut devenir mécanicien, il faut faire un bac professionnel, un CAP ou un apprentissage. Dans le secteur, ces formations sont proposées au lycée Emile Mathis de Schiltigheim. Après le bac professionnel, c’est possible de faire un BTS en deux ans. Les mécaniciens gagnent entre 1700 et 2000€ net par mois.

Les élèves d’ULIS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *